Rigodon, gigue, quadrille, d’abord les premiers pas, on se laisse mener par le maître de danse, au gré de la cadence maîtrisée.

 

« Rigodon, gigue, quadrille, d’abord les premiers pas, on se laisse mener par le maître de danse, au gré de la cadence maîtrisée. Mais par poussées toniques graduelles, jaillissements polyrythmiques impromptus, l’orchestre des Vibrants Défricheurs semble déjà piaffer. Soudain, embardées hors thème et hors tempo, nous voilà plongés dans un irrépressible tourbillon de virevoltantes volutes de jazz débridé. Tous, jeunes et anciens, continuent à danser sur ces envolées, plus loin qu’ils ne l’auraient pensé. Une métamorphose du patrimoine musical rural qui n’est pas sans évoquer le patient travail mené en son temps par Dvorak – et tant d’autres après lui, qui récoltèrent dans les campagnes les plus reculées une matière musicale ancestrale pour l’amener à la modernité. »

Samuel Wahl, revue Cassandre

 


http://www.lesvibrantsdefricheurs.com/legrosbal


 

     

  Photos © Les Vibrants Défricheurs